Le forum pédagogique : aide en ligne

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 20 juillet 2010

Les animaux malades de la peste, Jean de la Fontaine, lecture analytique

Les animaux malades de la peste

Jean de La Fontaine


Introduction

Les animaux malades de la peste est une fable de La Fontaine dans laquelle nous retrouvons les deux fonctions classiques de l’apologue, Plaire et instruire. Cette fable est amusante mais a une visée didactique, la visée est satirique. Il s’agit en fait d’une démonstration sur la raison du plus fort. Le thème touche à l’injustice.

I) La teneur de la fable :

1) la préambule

La fable s’ouvre sur une référence historique, « Thèbes » qui rappelle les récits mythologiques, « Thèbes » est ici ravagée par la peste et on recherche le coupable de cette épidémie. La peste est nommée, le registre est dramatique voire tragique, les allitérations en « R » accentuent cette impression de fatalité, de mort par l’épidémie: « répand, terreur, guerre ». Nous pouvons souligner les rimes masculines « fumeur, terreur ». Le temps passé, l’imparfait met en évidence la nostalgie du temps sans épidémie. Enfin, apparaît un effet de contraste entre la connotation de l’enfer avec « le mal que le ciel en sa fureur inventa pour punir » comme si Dieu avait envoyé un châtiment aux hommes et le symbole de l’amour avec « les tourterelles se fuyaient ».

2) le symbolisme animalier

Les animaux encornent les hommes. Nous avons une alternance de récit et de discours directs pour les personnages importants. Les registres sont divers, ironique, tragique. Le cadre de la scène est le procès au tribunal ainsi qu’en témoigne le champ lexical de la justice. La prise de parole se fait par ordre hiérarchique du plus puissant au plus faible.

Les différents animaux ont leurs caractéristiques propres: le lion est tel le roi, il représente le pouvoir, la puissance, l’habileté, le renard ruse et flatte le roi. Le loup est un beau parleur, il accuse l’âne pour ne pas avoir à s’accuser ensuite. Le tigre et l’ours symbolisent la société aristocratique, les moutons, le peuple exploité et l’âne, l’innocente proie.

II) Les stratégies d’argumentation :

1) Le lion

Il affirme son autorité et rappelle qu’il est le représentant de Dieu. Il utilise la persuation avec son ton solennel « ciel, nos péchés cette infortune, se sacrifie, céleste courroux », son ton familier, « mes chers amis », son sens de l’ironie « me dévouerai donc s’il le faut ». Il tente ensuite de convaincre avec un discours construit lagiquement dans lequel il expose la situation, invite les autres.

2) Le renard

Il se montre habile par ses « non-dits », ses hyperboles flatteuses à l’égard du roi, « trop bon, trop de délicatesse, beaucoup d’honneur ». En flattant, il n’a pas à se positionner.

3) L’âne

Ce n’est pas un prédateur, mais sérieux, naif, tout le contraire du rusé et du manipulateur. Il s’accuse lui-même d’avoir été tenté par le diable. Le ciel se venge à present et impose à l’homme le fléau de la peste. La réaction commune est immédiate, le bouc émissaire est trouvé. Le plus fort, celui qui gagne = celui qui a tout calculé = celui qui a force d’esprit et pouvoir de la parole.

III) Dénonciation de la justice et du pouvoir

1) Critique du « jugments de cour» :

Nous constatons la présence du champ lexical de la justice et de la religion. Lidée dominante est celle d’une justice injuste car la justice du conseil ne juge pas le crime mais prend position par rapport à la classe sociale.

2) L’ironie du fabuliste :

L’expression « manger l’herbe d’autrui » nous permet de constater que le fabuliste met en avant une certaine ironie. Il met ainsi en avant l’injustice.

Conclusion

La Fontaine fait intervenir successivement différentes classes sociales dans son récit (Lion, Renard, Ane). On peut constater une ellipse avant la chute de la morale. Dans cette fable, seule les honnêtes de classe socciale inférieure sont punits et seules les menteurs de classe sociale supérieure sont graciés.

Etude postée dans la rubrique "lecture analytique" du forum pédagogique des lycéens

Autres sujets sur le même thème :
Quels peuvent être les buts de la parodie?

Autres études sur La Fontaine

Lectures analytiques
Le loup et le chien
Le pâtre et le lion
Le pâtre et le lion, deuxième explication
Les animaux malades de la peste
Les animaux malades de la peste, éléments d'analyse pour un commentaire
Discours à Madame de la Sablière
Le dépositaire infidèle

Commentaires
Les fables de la Fontaine sont un miracle de la nature", commentez cette citation de Gide

Dissertations
Pensez vous que l'on puisse traiter des sujets graves et sérieux sur le mode plaisant et humoristique?
Selon vous, la poésie qui ne se prend pas au sérieux est elle encore de la poésie?

Préparation de l'entretien du bac : problématiques, ouvertures, questions et analyses
La mort et le bûcheron, analyse de la fable, problématiques, ouvertures et questions pour préparer l'oral du bac
La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf, analyse, problématiques, questions et ouvertures pour préparer l'entretien de français
Le loup et l'agneau, analyse, problématiques, questions, ouvertures pour l'entretien du bac
Les deux amis, analyse, problématiques, questions et ouvertures pour l'entretien du bac de français

1 commentaire: