Le forum pédagogique : aide en ligne

Rechercher dans ce blog

Chargement...

mardi 13 juillet 2010

Baudelaire, les fleurs du mal, fiches bac, révisions et réflexions sur les fleurs du mal

Préparer son baccalauréat de français, fiches bac, séquence poésie, réflexions diverses sur la poésie baudelairienne

Les fleurs du mal, Baudelaire



« Les fenêtres », le spleen de Paris

A partir d’un objet d’apparence anodine, le poète glisse vers une autre réalité, un autre monde qu’il transforme au fur et à mesure de son imagination.

Nous pouvons parler de recréation du monde dans cette poésie car le poète transpose la réalité à sa guise, en la récréant, il nous propose en fait une définition de la création. Créer n’est en fait rien d’autre que recréer. L’imagination intervient ici pour nous suggérer qu’il n’y a aucune limite à la recréation. L’homme et l’artiste se rejoignent. Le « je » est un autre, la faculté de créer est transcrite au sens d’un pouvoir de sublimer, de libérer, de recréer. Nous reconnaîtrons que cette poésie est en fait une réflexion sur le pouvoir de l’imagination, l’homme existe, il est pour autant qu’il crée, c’est la leçon que le lecteur doit tirer de cette poésie.

la thématique du temps qui pass, l'irrérversiblité du temps et la condition de l'homme



Le tragique du temps qui passe



L'ennemi

Le temps destructeur

Dans le deuxième quatrain, la résignation domine, « voilà que … et que ». Nous avons une suite chronologique, l’automne après l’été. L’image du jardin est prolongée et aggravée. L’utilisation de termes concrets, « pelles », « râteaux » et l’accumulation des images font de cette strophe une utilisation visuelle des désastres du temps Ils préfigurent la mort ainsi que le suggère la comparaison du vers 8, « comme des tombeaux », la vie et l’inspiration sont ravagées par le temps.

Le premier tercet suggère une hypothèse, « et qui sait… », qui apparaît comme un élan d’espoir. Ce dernier se reflète dans les images de la strophe précédente, dans le cycle des saisons, l’automne, puis l’hiver associé à la mort font espérer le renouveau du printemps, « fleurs nouvelles ». L’interprétation trouve un écho dans la nature qui suit l’enchaînement de la vie. Les saisons deviennent les représentations symboliques des étapes de la vie. Les fleurs nouvelles deviennent le printemps des idées, le renouvellement de l’inspiration.

Le deuxième tercet apporte un démenti. Nous avons un double cri de désespoir dans le premier hémistiche du vers 12. Puis, le temps se dévoile comme le plus grand ennemi de l’homme, « mange la vie », « ronge le coeur ». Il se nourrit, « croît et se fortifie » des hommes annihilant ainsi toute possibilité d’inspiration nouvelle.

Conclusion

Le temps reflète la condition humaine dans son aspect tragique, nous avons l’image de l’irréversibilité du temps qui passe et qui traduit la mortelle condition de l’homme. Nous pouvons rapprocher cette poésie de « L’horloge » de Baudelaire tirée du même recueil, poésie dans laquelle le thème du temps est également perçu comme dévoreur de vie.

Voici encore quelques informations qui t'aideront pour L'horloge de Baudelaire, traduction de l'impuissance de l'homme face au temps qui passe

Le spleen

Le vrai mal de Baudelaire est de n’être pas assez soi. Il veut reconquérir son être, ce qui passe par une épreuve d’identification, une récupération de son être dans le cadre de l’entreprise poétique. Il y a un manichéisme, deux postulations simultanées, l’une vers Dieu ou spiritualité et l’autre vers Satan. L’intitulé de la première partie des Fleurs du mal, « Spleen et idéal » regroupe les contraires. Psychologiquement, cela signifie l’enlisement de l’esprit, le sentiment d’usure, dévitalisation et néant. Le malaise est existentiel au physique comme au moral. Il y a une aliénation absolue. Le spleen a partie liée avec le temps, la durée corruptrice, dévastatrice. Le temps étire le malaise, « j’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans ». Le temps est la violence du spleen.

Le poème « l’ennemi » est fondé sur cette dualité du spleen et de l’idéal, le temps spleenétique et celui de l’idéal. Le premier est supplice d’abondance néfaste, l’autre est par essence périssable donc torture, privation et frustration.

L’idéal

L’idéal baudelairien est fragile, rare et bref. Il se connaît en années, en journées, en moments fugaces qui viennent briser la chaîne de la durée du spleen. Ce monde est l’anti-monde du spleen. Le spleen relève du temps, l’idéal de l’instant donc la dualité est permanente.

L'horloge

Domination du temps

Le mal existentiel baudelairien se confond avec le tragique du temps. La fatalité est irréversiblement en marche. Le temps accroît le malaise du spleen. Ce dernier se caractérise par les sensations d’oppression et d’étouffement, voire d’enlisement de l’esprit dans une impuissance chronique. Plus profondément c’est le sentiment affligeant d’un usure de toutes les forces physiques et morales, d’une dévitalisation de l’être réduit à n’être plus rien que matière inorganique. On peut qualifier le spleen de malaise existentiel avec ses plus explicites manifestations et son cortège de fantasmes terrifiants.

Conclusion
Le poème est fondé sur la dualité du spleen et de l’idéal, temps spleenétique et temps de l’idéal. Le premier est supplice d’abondance néfaste, l’autre est par essence périssable donc torture de privation et de frustration. Baudelaire subit le flux porteur d’instants extatiques et de séquences morbides entre spleen et idéal parce que l’un relève du temps, l’autre de l’instant, la dualité est radicale. Nous retrouvons ce drame existentiel baudelairien dans « l’horloge ».

Je te conseillerais de prendre l'albatros de Baudelaire pour illustrer la poésie comme moyen de traduire la souffrance

- Une condition de marginal

Cette poésie nous retourne l’image du poète maudit. Le poète peut s’élever plus haut et descendre plus bas que les autres hommes. Les « gouffres amers » connotent la personnification des états d’âme de Baudelaire. Le poète est tel un exilé, il n’est pas à l’aise avec les hommes, il est la risée des autres hommes. Il est en proie à l’incompréhension du vulgaire. Il n’est pas fait pour être avec le peuple. Nous pouvons relever des accents lyriques qui sont proches de l’élégie et qui exprime également l’identification du poète à l’oiseau malmené.

Conclusion

Cette poésie est un poème de jeunesse qui donne dans la deuxième édition du livre en 1861, le programme poétique de Baudelaire, une élévation constante vers l’idéal mais toujours avec la possibilité de tomber, la déchéance possible de l’artiste dans une réalité qui le fait souffrir. Ce poème comporte plusieurs aspects romantiques qui présentent l’artiste comme maudit, révolté contre la société.

_________________

L'administrateur

Etudes postées dans le forum pédagogique des lycéens

Autres commentaires sur Baudelaire
Les petites veilles
L'albatros
recueillement
Une charogne

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire