Le forum pédagogique : aide en ligne

Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 6 février 2011

pensez vous que la laideur au même titre que la beauté puisse inspirer le poète? Eléments pour une dissertation

Dissertation : le sujet

pensez vous que la laideur au même titre que la beauté puisse inspirer le poète?
Eléments pour une dissertation



plan dialectique, thèse et antithèse.

beau : 1. Norme permettant le jugement esthétique ; cf. valeur. 2. Sens concret : objet du jugement esthétique ; ce qui provoque une émotion esthétique par l'harmonie des formes, l'équilibre des proportions. 3. (Par ext.) Ce qui suscite une idée de noblesse, de supériorité morale (un beau geste). 4. Pour KANT, le jugement de goût ne détermine pas son objet en le pensant sous un concept universel, puisqu'il porte toujours sur un cas parti­culier ; c'est un jugement réfléchissant dont l'universalité réside dans l'accord des sujets ; c'est pourquoi le beau est défini comme « ce qui plaît universellement sans concept » ; « la beauté est la forme de la finalité d'un objet en tant qu'elle est perçue en lui sans représentation d'une fin. »


Thèse :

1.Le beau est à l'origine de la Poésie et demeure important dans l'inspiration du poète
2.On peut évoquer une ''autre muse'' du poéte qu'est la laideur

Le beau est à l'origine de la Poésie et demeure important dans l'inspiration du poète. Apollon, Orphée, Dyonisos, ces figures mythologiques du poète ont comme sources d'inspiration première, l'amour, la guerre et la nature ; des thèmes qui, au cours de l'histoire de la poésie, n'ont de cesse de resurgir.
La laideur a-t-elle dans ce sens, sa place dans la création poétique ?

Baudelaire, pourtant attaché au thème du laid (une Charogne) plante dans "ses fleurs maladives" de la beauté.
Si une part importante des oeuvres poétiques est dictée par la contemplation du Beau, une autre, non moins négligeable, tire son essence de la laideur au point de remettre en perspective la nature même de la poésie (à argumenter avec Baudelaire)

Baudelaire ou Rimbaud, pensent que la beauté est incarnée le plus souvent par la nature, l’un des thèmes privilégiés des poetes ,Avec la femme ou l’amour idéal.

la laideur, qu’elle soit physique ou morale a inspiré de nombreux poètes a commencer par Baudelaire.

Mais plus que la beauté de la forme poétique, la Beauté qu’il s’agisse de celle d’un coucher de soleil, ou la beauté d’une femme a, on peut le voir, toujours inspiré les poètes. C’est le cas par exemple du poème de Baudelaire, intitulée « A une passante ».

Dans ce poème Baudelaire nous donne, au travers d’une inconnue croisée dans la rue, l’image de ce qu’est pour lui la beauté absolue. Il va même jusqu’à la comparer à une œuvre d’art, utilisant une métaphore, celle d’une statue, a savoir...

La beauté et la laideur sont les valeurs esthétiques qui ont inspiré les poètes.
Beauté = femme =amour
Beauté esthétique chez la femme, l'être aimé
la beauté est source d'inspiration ce qui nourrit la sensibilité et les élans romantiques et mélancoliques du poète créateur car derrière la valeur esthétique du beau par exemple, s'expriment l'amour, les sentiments, la mélancolie... et toute l'ambiguité que cela suppose
La beauté d'un paysage etc
La beauté en général est une valeur qui favorise les élans du créateurs, développe sa sensibilité et lui permet d'exprimer ses idées, ses valeurs, ses aspirations....
Derrière le beau : recherche de perfection, sublimation, création
La beauté est quand même une vraie quête poétique. Tous les poètes recherchent la perfection dans les sentiments, la création, la perception qu'ils ont des choses

chercher des poèmes d'amour et montrer en quoi la valeur du beau est inspiratrice

la beauté représentée par la femme.
Ronsard peut être, Baudelaire Rimbaud

celui là il est très beau

Dans la feuillée, écrin vert taché d'or,
Dans la feuillée incertaine et fleurie
De fleurs splendides où le baiser dort,
Vif et crevant l'exquise broderie,

Un faune effaré montre ses deux yeux
Et mord les fleurs rouges de ses dents blanches.
Brunie et sanglante ainsi qu'un vin vieux,
Sa lèvre éclate en rires sous les branches.

Et quand il a fui - tel qu'un écureuil -
Son rire tremble encore à chaque feuille,
Et l'on voit épeuré par un bouvreuil
Le Baiser d'or du Bois, qui se recueille.

Rimbaud

la laideur ou l'esthétique du laid


BAUDELAIRE C., Les Fleurs du mal, divers poèmes comme

« Une Charogne »,
« Le Vampire »,
« La Prison »,
« Le Mort joyeux »..


antithèse

Non, la beauté et la laideur ne sont pas la source d'inspiration du poète

L'inspiration est divine : conception mythique de l'inspiration

Pour Platon « ce n’est pas grâce à un art que les poètes proférent leurs poèmes,

mais grâce à une puissance divine ». L’inspiration, dans cette conception est un don des dieux, et le poète un instrument entre les mains de ces mêmes dieux. Ronsard dans Hymne de l’automne est fidèle à la théorie platonicienne qu’il illustre en vers

« Le jour que je fus né, le Démon qui préside

Aux muses me servit en ce monde de guide

[…] me donna pour partage une fureur d’esprit,

Et l’art de bien couché ma verve par écrit. »

Toute cette représentation s’inscrit dans le contexte mythique des muses, filles de Mémoires et de Zeus qui président à la création , et dont les voix se confondent avec celle du poète
Le poète dit recevoir et transmettre une voix qui vient d’ailleurs

« Tout vit, tout est plein d’âmes. Tout parle.

Tout dit dans l’univers quelque chose à quelqu’un. »

Hugo, Les contemplations, « la bouche d’ombre »

Le poème liminaire des Contemplations est une description allégorique, qui présente le poète dans sa fonction essentielle comme le conçoit le romantisme : écouter les voix et « être un élu du mystère ». L’univers est habité par un souffle que le poète peut saisir et transcrire en langage.
Peu a peu la poésie s’est apparentée à la prophétie

la poésie se conçoit comme une mission, un sacerdoce :

« Car Dieu ne communique aux hommes ses mystères

Autre référence : Rimbaud :
"je est un autre".

c’est dans cette lignée que s’inscriront les poètes romantiques et après eux Baudelaire et les poètes symbolistes. Cette fonction particulière du poète trouvera un partisan exemplaire avec Arthur Rimbaud qui dans sa fameuse lettre à Paul Demeny demande au Poète de se faire « voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens » et d’être « vraiment voleur de feu », et de trouver « du nouveau, - idées et formes », en évoquant ailleurs « l’alchimie du verbe » qui doit être l’instrument du poète-découvreur.

On vient de parler de l’inspiration comme d’une pulsion mais avec l’image de la descente aux enfers, il semble qu’il s’agisse plus d’une pulsion de « mort » que d’une pulsion de vie. Musset prolonge cette conception lyrique de l’inspiration avec l’apologue du pélican dans Les Nuits de Mai. Pour nourrir ses petits affamés, le pélican s’ouvre le cœur et leur fait manger ses entrailles :

« Le sang coule à long flots de sa poitrine ouverte ;


En vain il a des mers fouillé la profondeur ; L’Océan était vide et la plage déserte ; Pour toute nourriture il apporte son cœur. Sombre et silencieux étendu sur la pierre Partageant à ses fils ses entrailles de père, Dans son amour sublime il berce sa douleur,
Et, regardant couler sa sanglante mamelle Sur son festin de mort il s’affaisse et chancelle
Ivre de volupté, de tendresse et d’horreur.[…]

Poètes, c’est ainsi que font les grands poètes.
Ils laissent s’égayer ceux qui vivent un temps ;
Mais les festins humains qu’ils servent à leur fêtes Ressemblent souvent à ceux des pélicans. »

Ainsi le poète qui vit et souffre plus intensément, offre le sacrifice de sa vie pour le plaisir des lecteurs. Il faut, en outre remarqué que le pélican dans l’iconographie chrétienne est symbole du christ : elle fait du poète celui qui se sacrifie sur l’autel des mots. Le poème devient le lieu de la mise à mort du poète


Citations pour l'antithèse : le poète est inspiré, la poésie n'est donc pas un travail à accomplir, le poète ne travaille pas, il est inspiré


Homère: "Muse, dis-moi/…/ Déesse née de Zeus, conte ces aventures" Odysséé

Platon: "Le poète est chose légère, chose ailée, chose sainte et il n'est pas encore capable de créer jusqu'à ce qu'il soit devenu l'homme qu'habite un Dieu, qu'il ait perdu la tête, que son propre esprit ne soit plus en lui! Tant qu'il sera maître de lui-même, aucun être humain ne sera capable de créer." ION
C'est la présence de Dieu dans le poète. Même manifestation que le communiant.

Hugo "Un formidable esprit descend dans sa pensée/…./

Sa parole luit comme un feu/…/

Et son front porte tout un Dieu" NOUVELLES ODES

==Le poète est mage, sauveur mais le seul pouvoir magique n'est-il pas celui des mots pour métamorphoser le monde??

LES ROMANTIQUES

Lamartine: "la poésie, c'est le chant intérieur.

Je passe quelques heures assez douces à épancher sur le papier…les impressions dont je suis plein" Recueillements poétiques, préface
Musset:
"les plus désespérés sont les chants les plus beaux"

==Il identifie l'inspiration au lyrisme, expression des sentiments intimes de l'homme.

Sur l'linspiration :

L’inspiration se présente donc comme une quête, elle n’est pas une force qui pousse mais ce vers quoi le poète tend, le poète est sujet de sa création et pas objet de l’inspiration.
Le phénomène poétique, c'est la passion du poète et le travail du langage.

Baudelaire: "l'inspiration est décidément la sœur du w journalier"

Pour lui, la nature de l'inspiration est tantôt l'imagination, tantôt le pouvoir d'émerveillement, qui apparente le poète à l'enfant, au drogué, au malade mental.

"L'enfant voit tout en nouveauté; il est toujours ivre.

Rien ne ressemble plus à ce qu'on appelle l'inspiration, que la joie avec laquelle l'enfant absorbe la forme et la couleur." Notes nouvelles sur Edgar Poe

Eluard: "le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré" AVENIR DE LA POESIE

Rimbaud: L'inspiration seule ne suffit pas à définir le génie poétique.

Le poète doit cultiver ce don par "un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens" pour épuiser "tous les poisons pour n'en garder que la quintessence"

Il doit "se faire voyant "
"Je est un autre" C'est la définition de l'auteur. La création poétique échappe à la conscience du poète: "la chanson est rarement la pensée chantée et comprise du chanteur"

LETTRE A PAUL DEMENY


Plan en deux parties

I - La beauté et la laideur sont les sources de l'inspiration du poète
1.Le beau est à l'origine de la Poésie et demeure important dans l'inspiration du poète
2.On peut évoquer une ''autre muse'' du poéte qu'est la laideur

II - L'inspiration est divine : conception mythique de l'inspiration

transition

si la beauté et la laideur ont toujours été source d'inspiration créatrice, poétique, ne pouvons nous pas concevoir que le poète se fasse messager de Dieu? Le poète, plutôt que d'avoir l'inspiration serait il inspiré par une voix divine?



ouverture

certains Romantiques et particulièrement Victor Hugo feront entrer le poète dans la Cité en lui attribuant un rôle de guide pour le peuple. De prophète, il devient Messie comme l’expose le célèbre « Fonction du poète » (les Rayons et les Ombres, 1840) où Victor Hugo définit le poète comme « le rêveur sacré », élu de Dieu « qui parle à son âme », devenu porteur de lumière et visionnaire, « des temps futurs perçant les ombres ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire